Syndromes de fatigue chronique

Une fatigue prolongée peut être le symptôme de diverses affections — anémie, dépression, infection chronique, troubles auto-immunes et cancer. Il arrive que dans certains cas d’épuisement extrême et invalidant aucune cause ne soit reconnue, même si le problème dure plusieurs années.

Cette maladie, de plus en plus courante, porte le nom de syndrome de fatigue chronique (SFC) même si les médecins nourrissent quelques doutes sur son existence clinique et ont tendance à l’assimiler à l’asthénie. Les praticiens de thérapies alternatives, en revanche, sont plus enclins à rechercher, au-delà des symptômes, des facteurs physiologiques et psychologiques.

Causes et symptômes

Les symptômes font brusquement leur apparition, parfois après une infection virale. Ils incluent une fatigue invalidante et persistante, des douleurs musculaires et articulaires, des céphalées, des infections récurrentes, une fièvre légère, une dépression, un relâchement de l’attention, une perte de mémoire, des troubles du sommeil, des intolérances alimentaires et une sensibilité accrue à l’environnement. De nombreuses personnes souffrant de SFC incriminent une cause physiologique, mais il semble que les facteurs soient également psychologiques. Pour les psychologues, la « personnalité du sujet SFC » correspond au perfectionniste incapable de se détendre et facilement déprimé et introverti. La majorité des sujets sont des jeunes femmes actives.

Traitement conventionnel

Il n’existe pas de traitement conventionnel, même si, aux Etats- Unis de nombreux centres médicaux ont des départements pour SFC. Les médecins recommandent le repos, un régime équilibré, des suppléments de vitamines, une psychothérapie et parfois des antidépresseurs. Les douleurs et raideurs consécutives à la non- utilisation des muscles sont traitées à l’aide d’exercices doux et progressifs.

Prévention et se soigner sois-même

Les spécialistes estiment aujourd’hui que le SFC pourrait résulter de l’interaction entre des facteurs déclenchants comme le stress, l’infection virale, des problèmes psychologiques, le fonctionnement cérébral ou des comportements sociaux. Si vous étés sous pression sur votre lieu de travail, apprenez à régler le rythme de votre journée, à vous relaxer. Cherchez des moyens de réduire le stress et de déléguer certains engagements. En cas d’infection virale, telle une grippe, reposez-vous suffisamment et n’essayez pas de combattre la maladie.

Les affections mineures comme les rhumes sont un des moyens dont dispose le corps pour vous avertir qu’il est temps de ralentir pendant quelques jours. Après le repos, des exercices doux, comme la marche ou la natation, previennent les douleurs musculaires et stimulent la sécrétion d’endorphines — les analgésiques naturels de l’organisme. Ils stimulent aussi la circulation et augmentent le nombre de cellules produites par le système immunitaire pour combattre les infections. De nombreux pays disposent d’associations nationales pour le SFC, qui pourront vous fournir des informations sur les cliniques et les groupes de soutien.

Précaution

Informer votre praticien si vous prenez des antidépresseurs ou toute autre médication allopathique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *