Médecine douce, évitez les charlatans !

Au cours de ces dix dernières années, la médecine douce connait une grande popularité auprès des Français. Face à cet engouement à la médecine non conventionnelle, on n’est jamais à l’abri des charlatans. Actuellement, les patients ont un large choix de pratique en matière de médecine douce. Homéopathie, acupuncture, aromathérapie, phytothérapie, ostéopathie, réflexologie, sophrologie, massage … la liste est longue et ce n’est pas toujours facile de choisir le bon praticien.

Vers une structuration des disciplines

Malgré la popularité de la médecine douce, certaines pratiques font encore hésiter de nombreuses personnes. En effet, il est plus facile d’accepter des pratiques éprouvées qui sont déjà utilisées dans le milieu hospitalier telles que l’acupuncture et le massage que les autres médecines douces assurées par des simples praticiens. Et il serait difficile pour le novice de distinguer les vrais praticiens des charlatans, ces personnes malveillantes qui abusent de la confiance qu’accordent leurs patients.

Face à la méfiance des gens au sujet de la médecine douce, les disciplines commencent à se structurer pour distinguer les praticiens des charlatans et surtout pour démontrer l’efficacité de ces techniques. En effet, ces deux points font l’objet de vaste débat. En France par exemple, l’acupuncture et l’homéopathie ne sont pas reconnues comme spécialités, mais comme orientations médicales, même si leur pratique est largement répandue. Pour l’Ordre national des médecins, la médecine douce fait des « pratiques médicales non-éprouvées » et mérite des études approfondies pour attester leur efficacité. Pour les praticiens de la discipline, les traitements ont déjà fait leurs preuves spécifiquement avec une approche individuelle. Actuellement, chaque discipline de la médecine douce a son propre syndicat, comme le Syndicat national des médecins homéopathes ou Syndicat des médecins acupuncteurs de France.

Distinguer les praticiens des charlatans

Les charlatans ont souvent des arguments bien fondés et parfois erronés pour gagner la confiance des gens. Il faut donc éviter les praticiens évoquant des concepts vagues. Leurs méthodes sont qualifiées de douteuses quand son bénéfice ne peut être quantifié. Comme la science est ouverte à la critique, autant pour les théories que pour les résultats, les cures secrètes de la médecine douce sont douteuses. De plus, le médecin et le praticien ne doivent pas utiliser de traitements secrets, dont la composition est inconnue ou ne figure dans aucune pharmacopée, d’après le Code de la Santé Publique.

Rappelons aussi qu’il n’y a pas de médicament universel pour soigner plusieurs maladies différentes. Pour éviter les mauvais contacts avec des personnes malveillants qui se disent spécialistes dans une des disciplines de la médecine douce, il est toujours recommandé de vérifier l’inscription de son médecin au conseil de l’ordre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *