La Médecine Ayurvédique, une thérapie venue d’Inde !

Principal système thérapeutique holistique de l’Inde, la médecine ayurvédique couvre tous les aspects de la santé, en encourageant le bien-être physique, mental, émotionnel et spirituel. Les praticiens estiment que le bien-être est affecté par trois doshas (voir Théorie des Doshas), ou « énergies vitales », en perpétuel mouvement. Le traitement vise a rétablir l’équilibre doshique par le biais de techniques purificatrices, de l’alimentation, de postures de yoga et d’exercices respiratoires, de massage et de remèdes à base de plantes. La médecine ayurvédique, remise au goût du jour par l’État indien, attire un public croissant en Occident, notamment aux États-Unis.

Les praticiens ayurvédiques préparent des remèdes à base de plantes afin d’équilibrer les doshas du patient et de le maintenir en bonne santé.

ayurvedique

Indications:

Problèmes digestifs (ulcère à l’estomac…)  –  Maladies cardio-vasculaires  –  Polyarthrite rhumatoïde  –

Allergies et asthme  –  Eczéma, psoriasis et affections cutanées  –  Anxiété et insomnie

Cicatrisation  –  Infections virales

HISTORIQUE

La médecine ayurvédique (“science de la vie” en sanscrit) s’utilise en Inde depuis environ 2500 avant J.C.. Issu des Vedas, anciens textes hindous écrits par les rishis (saints hommes), il s’agit d’un système de santé complet et très sophistiqué qui présente quelques similitudes avec la MCT (Médecine Chinoise Traditionnelle).ayurvédique

Pendant des milliers d’années, la médecine ayurvédique se transmit par la tradition orale. Elle demeura la forme de soins la plus accessible aux Indiens jusqu’au XIXe siècle, époque à laquelle l’Empire britannique tenta de l’éradiquer, ce qui provoqua la prolifération de praticiens peu compétents.

À la suite de l’indépendance indienne, en 1947, la médecine ayurvédique connut un renouveau. Un Conseil central régit aujourd’hui la formation et la pratique, et les universités délivrent des diplômes de médecine ayurvédique. Aux États-Unis, la médecine ayurvédique se pratique essentiellement dans le cadre de l’« Ayur-Veda Maharishi », un système établi par des disciples du yogi Maharishi Mahesh.

PRINCIPES DE BASE

La médecine ayurvédique nous apprend qu’il existe cinq éléments majeurs — l’éther, l’air, le feu, l’eau et la terre — qui sous-tendent tous les systèmes vivants et sont en perpétuel mouvement et changement. On peut les simplifier en trois doshas, ou énergies vitales, qui existent en proportion sans cesse fluctuantes dans la nature.

Dans le corps humain, les niveaux de doshas monteraient et baisseraient chaque jour, affectés par des facteurs comme les aliments, l’heure, la saison, les degrés de stress et les émotions refoulées. Tout déséquilibre perturberait le flux de prana (« énergie vitale ») qui pénètre le corps via les aliments et la respiration, et entraverait l’agni, le « feu digestif » du corps, qui assimile les aliments et les expériences. Lorsque l’agni est bas, il y a production de substances toxiques appelées ama et sources majeures de maladie. La médecine ayurvédique attribue ainsi beaucoup d’importance à l’alimentation et aux techniques de désintoxication, censées purger l’ama par la sueur, l’urine et les matières fécales (les trois malas).

Les remèdes à base de plantes, le yoga, le massage et la méditation équilibreraient les doshas et augmenteraient le prana.

ayurvedique

PREUVES À L’APPUI

De nombreuses recherches ont été menées en Inde sur la médecine ayurvédique. Des essais cliniques réalisés dans les années 80 ont montré que 122 patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde sur 175 guérirent après un traitement au Boswellia serrata, une plante couramment utilisée en médecine ayurvédique. Dans une étude de 1990 menée à l’université d’État de l’Ohio, un remède de l’Ayur-Veda Maharishi, contenant des anti-oxydants, réduisit des tumeurs chez des rats. Une étude effectuée par la fédération des sociétés américaines de biologie expérimentale en 1993 indiqua que le panchakarma réduisait les taux de cholestérol et d’anxiété chez les patients cardiaques. Des études américaines sont en cours sur la compatibilité de la médecine ayurvédique avec d’autres thérapies.

LE POINT DE VUE MÉDICAL

Les remèdes ayurvédiques ont été testés par des siècles d’usage, mais leur qualité et efficacité n’ont pas été validées par des essais cliniques. Les médecins trouvent l’accent mis par la médecine ayurvédique sur la promotion de la santé, et sur la croyance que la maladie est provoquée par des facteurs tels que l’alimentation et le mode de vie, plus facile à accepter que certains de ses traitements. La plupart pensent que les maladies graves doivent être soignées par la médecine conventionnelle.

ayurvedique

CONSULTER UN PRATICIEN DE MEDECINE AYURVEDIQUE

Lors de la première consultation, le praticien identifie votre constitution doshique (tridosha) et tout déséquilibre associé. Il vous posera des questions détaillées sur votre histoire personnelle et familiale, sur votre mode de vie, vos habitudes d’alimentation et de digestion, vos relations de travail. Comme dans la MCT (Médecine Chinoise Traditionnelle), la prise du pouls est un aspect important du diagnostic. Le praticien le vérifie à trois points des poignets, chacun correspondant à un des doshas et reflétant la condition des organes internes spécifiques. Il pourra aussi vous demander une analyse d’urine.

Pour rééquilibrer vos doshas, il vous recommandera des changements alimentaires, selon votre âge, votre état de santé, votre type doshique et la saison de l’année. S’il est qualifié pour administrer des remèdes, il pourra vous prescrire des plantes ou des minéraux en fonction de votre constitution et de votre déséquilibre doshique. Cela fait partie du programme intitulé shamam, qui vise à apaiser les doshas.

Si le praticien vous juge suffisamment solide, il pourra commencer le traitement en vous prescrivant un régime nettoyant et désintoxiquant appelé shodan, qui implique des lavements, des laxatifs, des vomissements thérapeutiques et le nettoyage des voies nasales, connus collectivement sous le nom de panchakarma. L’utilisation de saunas peut aussi aider à la désintoxication.

Certains praticiens proposent un massage ayurvédique à l’huile. Celui-ci dure une heure environ et se fait par un massage qui stimulent les points marma (similaires aux points d’acupuncture), de votre corps, afin d’encourager le flux de promu. Vous pourrez également recevoir un chavutti thirumal, un massage fait avec les pieds. Enfin, le praticien peut vous suggérer un rasayana, un régime rajeunissant qui peut inclure des remèdes à base de plantes, du yoga, des psalmodies, de la méditation (satvajaya) et des bains de soleil.

REMÈDES MÉDICINAUXayurvedique

Préparés à partir de plus de 20 plantes, légumes et minéraux, les remèdes ayurvédiques doivent être prescrits par un praticien qualifié. Chaque ordonnance varie selon l’environnement, la saison, le type constitutionnel du patient et son déséquilibre doshique. Les remèdes sont administrés par voie orale, anale ou nasale, ou encore frottés sur la peau (huiles) pour éviter d’être décomposés par les enzymes du tube digestif.

On trouve les remèdes sous forme de poudre, de plantes séchées, de pilules ou de pâtes. Des vins et confitures médicinaux sont parfois prescrits. Si c’est une poudre qui doit être absorbée, le praticien conseillera de la mélanger à la nourriture par l’intermédiaire d’un aliment « porteur », comme l’eau, le miel ou le beurre clarifié (ghee). Les plantes séchées se prennent en tisane ou encore en décoction. Traditionnellement, les praticiens scandent un mantra pendant la préparation du mélange; cela est censé en augmenter l’efficacité.

PANCHAKARMA

Le panchakarma (« cinq actions ») est un processus de purification destiné à éliminer l’ama, ou impuretés du corps, et à rééquilibrer les doshas. Le traitement fait appel à la force physique, et doit toujours être suivi par un praticien chevronné. 

Traditionnellement, le panchakarma s’effectue en trois phases, après un régime strict ou un jeûne. Le massage à base d’huiles médicinales est suivi par une sudation forcée, censée remettre les doshas à leur place dans le corps. Le principal processus purgatif se fait avec des lavements à base de plantes ou d’huile, des laxatifs phytothérapiques ou des vomissements provoqués. Le panchakarma cherche à traiter l’esprit aussi bien que le corps; un traitement shirodhara peut être conseillé. Le rasayana — qui peut prendre la forme de remèdes ou de changement de mode de vie— aide le corps à récupérer. En Inde, le panchakarma peut prendre un mois ; en Occident, il dure en général de 3 à 5 jours.

ayurvédiqueSE SOIGNER SOI-MÊME

La médecine ayurvédique constitue un système de santé holistique et un mode de vie pour des millions d’Indiens. Les pratiques thérapeutiques comme le yoga ou les régimes spéciaux peuvent facilement s’intégrer à la vie de tous les jours, et certains remèdes, comme les tisanes, se préparent chez soi. Le remplacement de l’habituelle tasse de thé ou de café par une tisane ayurvédique aide à désintoxiquer le corps et facilite la digestion.

Les affections mineures peuvent être traitées chez soi à l’aide de plantes et d’épices. En Inde, on prend de la banane mûre et de la poudre de cumin frit contre l’insomnie, et du lait au curcuma contre la grippe.

Le gingembre frais est bon pour tous les types constitutionnels : il stimule la digestion et la circulation. Ajoutez du gingembre râpé dans une tasse de thé ou de lait chaud.

VOIR LA THEORIE DES DOSHAS