Les secrets de l’Acupuncture

Faisant partie de la médecine chinoise traditionnelle, l’acupuncture se pratique en Chine depuis des milliers d’années, mais n’atteignit l’Occident que dans les années 70, époque a laquelle ses propriétés anesthésiques firent la une des journaux. Les praticiens insèrent de fines aiguilles stériles à des points spécifiques du corps pour traiter toute sorte de troubles, de l’asthme a la toxicomanie, mais surtout, en Occident, pour soulager la douleur. L’une des thérapies orientales les plus connues et reconnues, l’acupuncture se pratique de plus en plus par les médecins occidentaux sous une forme simplifiée.

HISTORIQUE

acupunctureOn a découvert en Mongolie intérieure des aiguilles d’acupuncture en pierre datant de 3000 av. J .-C., et l’acupuncture se pratique en Chine depuis près de 3 500 ans. Des médecins et missionnaires introduisirent l’acupuncture en Europe au XVIIe siècle, où elle s’imposa progressivement. En 1972, James Reston, journaliste américain du New York Times, subit une appendicectomie d’urgence alors qu’il était en Chine et donna un formidable coup de fouet à l’acupuncture en racontant comment elle avait soulagé ses douleurs postopératoires. Des exemples spectaculaires d’anesthésie chirurgicale réalisée par acupuncture furent également rapportés en Occident. À l’issue de l’ouverture de la Chine après les années 70, de nombreux médecins occidentaux étudièrent les techniques de l’acupuncture et eurent recours à ce qu’on appelle l’« acupuncture médicale », en complément des traitements conventionnels. En Occident, les praticiens non médecins ont tendance à exercer en dehors du système hospitalier. L’utilisation de l’acupuncture en anesthésie est essentiellement confinée à la Chine.

PRINCIPES DE BASE DE L’ACUPUNCTURE

L’acupuncture fait partie de la médecine chinoise traditionnelle (MCT), qui inclut également la phytothérapie, l’acupression, l’exercice physique et l’alimentation. Cette médecine obéit aux principes du yin et du yang, deux forces opposées mais complémentaires dont le parfait équilibre dans le corps est essentiel au bien-être. Yin est synonyme de froid, humidité, obscurité, passivité et contraction ; yang signifie chaleur, sécheresse, lumière, action et expansion. L’interaction du yin et du yang produit le qi (prononcer « tchi »), une énergie vitale et invisible circulant dans les méridiens du corps.

Douze méridiens principaux parcourent le corps par paire, six à gauche et six à droite. Ils prennent généralement le nom des organes qu’ils traversent. Six d’entre eux sont essentiellement yin, et associés aux organes yin « pleins », comme le foie; six sont yang, liés aux organes yang « creux », tel l’estomac. Deux autres méridiens, les vaisseaux Conception et Gouverneur, contrôlent les douze méridiens principaux. La circulation régulière du qi dans notre corps est essentielle à la santé. Toute perturbation d’un méridien peut affecter un des points qui le constituent. Par exemple, un trouble du méridien Estomac (qui passe par les gencives supérieures) peut provoquer une rage de dents. Environ 365 points d’acupuncture sont situés le long des méridiens; où le qi se concentre. Il est possible d’affecter la circulation du qi à ces points; et les acupuncteurs insèrent là de fines aiguilles pour stimuler ou supprimer le flux.

acupuncture

PREUVES A L’APPUI


Il existe aujourd’hui de nombreuses preuves scientifiques qui corroborent la validité de l’acupuncture pour traiter certains maux. Quelques-uns des travaux les plus convaincants, publiés dans le Journal of the Royal Society of Medicine en 1988, et entrepris par John Dundee de la Queen’s University à Belfast, confirmèrent que la stimulation d’un point à environ 5 cm au-dessus du pli du poignet soulageait, ou éliminait, les nausées des premiers mois de grossesse. Selon une étude anglaise datant de 1989, ce même point s’utilisait pour traiter les nausées consécutives à une anesthésie générale ou à une séance de chimiothérapie.

En 1989, The Lancet  signala que des patients alcooliques réagissaient bien à l’acupuncture. Une étude suédoise de 1989 révéla que l’acupuncture soulageait les douleurs postopératoires, et des recherches américaines datant de 1982 et 1980 démontrèrent qu’elle pouvait soulager la douleur des régions cervicale et lombaire.

L’OMS a identifié plus de 40 affections curables par acupuncture. Les sages-femmes anglaises affirment qu’elle peut prévenir l’accouchement par le siège, mais aucune explication scientifique ne le confirme. Les tentatives pour démontrer la relation entre les canaux d’énergie des méridiens et les courants électriques du corps n’ont pas été concluantes, mais il est prouvé que les points d’acupuncture ont moins de résistance électrique que les autres zones. Lors d’une étude espagnole de 1992, des traceurs radioactifs injectés au niveau de points d’acupuncture semblèrent emprunter des chemins similaires à ceux des méridiens, ce qui signifierait que les informations sont transmises par des substances neurochimiques plutôt que par l’appareil circulatoire ou lymphatique.

acupuncture

LE POINT DE VUE MÉDICAL

En Occident, le nombre de médecins à pratiquer l’acupuncture médicale, essentiellement pour soulager la douleur, ne cesse de croître, même si le corps médical reste, dans son ensemble, divisé à son sujet. Pour certains médecins, l’acupuncture fonctionne par la libération d’endorphines  analgésiques, ou par le déclenchement de « barrières », de sorte que les nerfs véhiculant les messages de pression atteignent le cerveau plus vite que les messages de douleur, ce qui empêche le cerveau d’enregistrer la douleur. En revanche, la plupart des médecins demeurent toutefois sceptiques quant aux concepts du qi et des méridiens.

CONSULTER UN PRATICIEN

Lors de votre première visite, le praticien prendra note de votre mode de vie et de votre passé médical, et évaluera votre état à l’aide des “quatre examens” de la MCT: interrogatoire, observation, auscultation et palpation, dont le test le plus important est la prise du pouls, une méthode spéciale pour vérifier le rythme et la force des 12 pouls méridiens (6 à chaque poignet).

acupuncteur

Pour établir son diagnostic, le praticien peut examiner d’autres parties du corps. Il évoquera ensuite les différentes options de traitement, qui, comme l’acupuncture, incluent souvent des conseils d’alimentation et d’hygiène de vie, et peuvent impliquer l’emploi de plantes ou d’acupression. On vous demandera alors de vous allonger sur une table, après avoir ôté les vêtements couvrant les points d’acupuncture. L’endroit où piquer les aiguilles dépend du problème à traiter et de la nécessité de “réchauffer”, “réduire” ou “augmenter” le qi. On peut utiliser plusieurs points: ceux des mains et des pieds, mais également ceux du dos, de l’abdomen, des épaules et du visage.

ELECTRO-PUNCTURE

Dérivée de l’acupuncture traditionnelle, l’électro-puncture fut développée en Chine dans les années 50. Les praticiens diffusent un faible courant électrique dans les aiguilles, qui stimule le point d’acupuncture. L’électro-puncture peut atteindre plusieurs points en même temps et se révèle particulièrement efficace quand elle est utilisée en anesthésie, l’acupuncteur n’ayant pas besoin de manipuler le corps du patient.

L’acupuncture au laser, une autre variante, envoie un fin et faible rayon laser sur le point où aurait dû être piquée l’aiguille. Elle est particulièrement employée chez les patients qui redoutent les aiguilles.electro-puncture

L’acupuncteur utilise l’électro-puncture pour soulager la douleur d’une épaule ankylosée. Le praticien fixe des électrodes, reliées à l’appareil d’électro-puncture, à des aiguilles enfoncée sur les points d’un méridien. Une fois l’appareil mis en route, un faible courant électrique est transmis dans les points pendant quelques secondes.