Le mental peut-il provoquer la maladie ?

Un état émotionnel négatif peut-il déclencher une maladie ?

Une étude sur 15 ans réalisée par Stephen Greer a l’hôpital King’s College de Londres suggère que les femmes qui réagissent a un cancer du sein en stade précoce, soit par un esprit battant, soit par une négation systématique, ont moins de rechutes et vivent plus longtemps que celles qui réagissent avec fatalisme ou impuissance.

On sait moins clairement, toutefois, si les expériences négatives répétées ou le refoulement de la colère, de la frustration et autres émotions fortes, peuvent contribuer à la malignité. La possibilité selon laquelle les individus pourraient se « donner » une maladie — c’est-à-dire que des affections comme le cancer ou le diabète procéderaient d’un acte ou événement passe — a fait naître des sentiments de culpabilité chez les patients. Jusqu’à présent, aucune preuve convaincante ne permet de lier une maladie à un changement immunitaire qui serait dû a un événement passé.

Therapie

Les maladies, comme le cancer, procèdent plus vraisemblablement d’une interaction complexe de facteurs génétiques et environnementaux, et les émotions jouent probablement un rôle restreint dans la prédisposition aux maladies graves. Les facteurs psychologiques peuvent affecter la survie, mais leur influence semble assez faible, en particulier dans les phases graves et terminales de la maladie, ou quand le système immunitaire est sérieusement compromis (sida).

Toutefois, ces facteurs pourraient avoir un impact crucial sur la qualité de la vie et la gravité de nombreuses maladies chroniques. Dans certaines circonstances, la façon dont un patient peut supporter le stress de ces maladies est significative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *