Comment traiter la douleur ?

La douleur

La douleur varie en intensité de l’inconfort à une violence insupportable. C‘est le moyen dont dispose le corps pour signaler un dysfonctionnement spécifique. Mais la douleur peut aussi durer des mois voire des années. Quelque 10 % de la population font l’expérience de cette douleur chronique qui peut se prolonger pendant six mois, quelque fois plus longtemps. La douleur peut avoir une cause évidente — traumatisme nerveux, zona, tumeur osseuse — ou, au contraire, aucune explication physiologique. Cette douleur persistante peut être influencée par des facteurs physiologiques ou psychologiques, d’où le recours à des approches alternatives, souvent plus efficaces.

Approches alternatives

Environ 75 % des personnes qui se rendent chez un praticien de médecine alternative le font pour cause de douleur. L’exercice, le biofeedback, la méditation, l’hypno-thérapie, les régimes spécifiques, l’acupuncture et la relaxation sont quelques-unes des méthodes employées pour stimuler la production d’endorphines, stimuler la résistance à la douleur et aider les patients à avoir une meilleure perception de leur douleur.

Approches conventionnelles

En cas de douleur aiguë, les médecins prescrivent des analgésiques, de l’aspirine aux narcotiques. Les douleurs articulaires récidivantes sont souvent traitées par des massages, des vibrations, la physiothérapie, des applications de chaleur et de froid. La stimulation électrique transcutanée (TENS), qui consiste en mini-impulsions appliquées sur les terminaisons nerveuses, parvient à bloquer leur stimulation. Dans les cas extrêmes, on peut envisager une neurochirurgie fonctionnelle, lorsque la douleur chronique reste irréductible a tous les analgésiques.

Comment se transmet la douleur ?

Les terminaisons nerveuses sensorielles, ou réceptrices, sont essentiellement concentrées dans la peau. Lorsqu‘elles sont stimulées par une pression, une chaleur extrême ou des prostaglandines — substances sécrétées par les cellules lésées — elles transmettent des messages de douleur à la moelle épinière et a l’encéphale. Selon la théorie des « portes de contrôle », les informations véhiculées par les voies nerveuses jusqu’à l’encéphale sont régulées à leur passage par différentes « portes ». Divers facteurs contribuent à maintenir ces portes ouvertes ou fermées. Le trajet du signal douloureux est « facilité », ou plus généralement stoppé, bien après la résolution du trouble. Les endorphines — les analgésiques naturels de l’organisme s’infiltrent dans les récepteurs localisés dans l’encéphale, la moelle épinière et les terminaisons nerveuses afin de bloquer les impulsions de douleur. L’importance de l’ouverture de la porte et de l’information acheminée jusqu’aux récepteurs dépend du taux d’endorphines en circulation.

Ce taux est affecté par notre état psychologique : les émotions peuvent influer sur notre perception de la douleur. C’est pourquoi un soldat peut se lancer dans la bataille, inconscient de sa blessure. En revanche, la perception de la douleur empire chez les sujets dépressifs. L’état psychologique peut aussi affecter directement certaines régions du corps accoutumées à la douleur.

Il suffit souvent aux personnes souffrant de douleur du dos chronique de se remémorer leur douleur pour qu’elle devienne intense. Les analgésiques simples, comme l‘aspirine, visent à prévenir la libération de prostaglandines Le paracétamol bloque les impulsions douloureuses dans l’encéphale. Les analgésiques morphiniques, pour leur part, miment l’action des endorphines, en bloquant les impulsions douloureuses sur leur site spécifique.

La douleur chronique

En cas de douleur chronique, Cinq personnes sur six prennent des analgésiques, mais dans 70 % des cas, leur efficacité est faible. Quelle qu’en soit la cause, la douleur chronique est réelle et invalidante, sans oublier ses implications sociales et économiques. Elle influe en effet sur la capacité de travailler et de mener une vie normale de millions de personnes. De plus en plus, la douleur est considérée non plus tant comme un symptôme que comme une affection a part entière.

Etiologie

Cancer, névralgie, arthrite, zona et troubles musculaires, y compris la fibromyalgie primitive, peuvent causer des douleurs à long terme. Certaines maladies et traumatismes provoquent une douleur qui se prolonge bien après la disparition de la cause initiale. Le stress et l’anxiété qui en résulte peuvent entrainer une tension musculaire. Cela accentuera encore la perception de la douleur, mettant ainsi en place une spirale infernale.

Traitement conventionnel

Les causes de la douleur chronique ne peuvent être diagnostiquées à l’aide d’examens médicaux, comme les rayons-X, les tests sanguins et l’IRM. Les analgésiques sont peu efficaces en cas de douleur chroniques. Outre les techniques décrites dans les Approches conventionnelles, de nombreux centres spécialisés dans le traitement de la douleur proposent des traitements psychologiques et alternatifs, y compris l’acupuncture et le massage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *