Découvrez la pratique de l’ostéopathie !

Cette approche holistique de diagnostic et de traitement est née aux États-Unis au début du XIX siècle. Les praticiens se servent du toucher et de la manipulation du système musculo-squelettique pour rétablir ou améliorer la mobilité et l’équilibre, et favoriser le bien-être. Les techniques de l’ostéopathie varient du massage léger à la mobilisation ultra-rapide des articulations. Bien établie aux côtés de la médecine officielle en Amérique du Nord et pratiquée dans toute l’Europe et l’Australasie, l’ostéopathie est l’une des médecines douces les plus respectées et utilisées, en particulier pour les douleurs dorsales et articulaires.

Historique de l’ostéopathie

L’ostéopathie, du grec osteon (OS) et pathos (maladie), fut fondée par Andrew Taylor Still, originaire de Virginie et médecin militaire pendant la guerre de Sécession. Après la mort tragique de sa femme et de trois de ses enfants, victimes d’une méningite, il conçut l’ostéopathie en 1872 pour stimuler la faculté d’auto-guérison du corps. En 1892, Still fonda l’École américaine d’ostéopathie. En dépit de l’hostilité initiale des autorités médicales en place, la thérapie connut un certain succès, notamment pendant l’épidémie de grippe de 1919, au cours de laquelle le taux de mortalité des patients traités en hôpital ostéopathique se révéla beaucoup plus bas que dans les hôpitaux conventionnels. En 1917, un élève de Still, John Martin Littlejohn, fonda l’Ecole britannique d’ostéopathie, à Londres. Aux Etats-Unis, les ostéopathes font partie du corps médical depuis 1972. En Angleterre, c’est en 1993 que l’ostéopathie a été officiellement reconnue.

Principe de base de l’ostéopathie

Les organes du corps sont soutenus et protégés par la structure musculo-squelettique. Si ce système d’articulations et de muscles est correctement aligné et fonctionne bien, les tissus, notamment le cerveau et les nerfs, seront en bonne santé, et les appareils circulatoire, lymphatique et digestif fonctionneront correctement. Les ostéopathes visent à améliorer la mobilité des articulations et des tissus mous par le massage et la manipulation. L’ostéopathe cherche à savoir pourquoi il y a un défaut dans la structure musculo-squelettique et quel est le problème physique proprement dit. Dans cette approche holistique, le mode de vie et la santé mentale et affective sont considérés comme des facteurs importants, influant sur la santé physiologique.

ostéopathie

Preuves à l’appui de cette medecine douce

L’ostéopathie a fait l’objet de nombreuses recherches aux États-Unis, quoique d’un niveau inégal. La plupart des preuves de son efficacité sont anecdotiques, et la majorité des ostéopathes s’accordent pour que plus d’essais cliniques soient effectués. Des études sont en cours en Angleterre, notamment des projets pilotes émanant du ministère de la Santé, destinées à tester l’intégration des ostéopathes et des chiropracteurs dans l’équivalent de notre sécurité sociale.

En 1994, il fut demandé que les patients souffrant de douleurs lombaires aiguës aient accès à la manipulation, et que les médecins collaborent plus étroitement avec les ostéopathes, les chiropracteurs et les physiothérapeutes. Deux études, publiées aux États-Unis et en Angleterre respectivement en 1988 et 1990, montrèrent que la manipulation ostéopathique pouvait réduire la durée de la convalescence chez les patients souffrant du dos. Dans les années 40, un physiologiste américain confirma, par le biais de mesures électriques, que l’ostéopathie augmentait l’activité musculaire.

Consulter un ostéopathe

À la première consultation, le praticien vous demandera comment vos symptômes ont commencé et quelles activités les font empirer. Il vous questionnera sur votre santé (accidents passés), sur les médicaments de medecines douces que vous prenez (remèdes homéopathiques et phytothérapiques), et sur votre mode de vie, votre travail et votre santé psychique. Vous devrez vous mettre en sous-vêtements afin que le praticien vous examine. Pour juger de la façon dont vous vous tenez et dont vos articulations fonctionnent, il faudra vous tenir debout, vous asseoir et vous allonger sur une table. Le praticien examinera vos muscles et vous demandera de vous pencher de diverses manières pour regarder votre colonne vertébrale. Des tests médicaux seront effectués, et l’on vous demandera des radios ou des analyses sanguines, si nécessaire. Cet examen permet au praticien d’établir un diagnostic, et de décider si l’ostéopathie peut vous aider ou s’il vaut mieux consulter un autre spécialiste.

Tout traitement ostéopathique sera établi en fonction de vos besoins personnels et adapté à mesure qu’il progresse. Cela peut consister simplement en traitement des tissus mous, par pression légère, ou en manipulation brusque des articulations, au moyen de positions assez inhabituelles. La gêne provoquée par les spasmes musculaires peut disparaître au bout d’une séance, mais la plupart des patients ont besoin de plusieurs séances. Les principales techniques ostéopathiques varient de la manipulation douce des articulations, en imprimant un mouvement complet aux membres, à une pression brusque et rapide qui, quoi qu’indolore, provoque un « clic » déconcertant.

Parmi les autres techniques, on compte le positionnement destiné à faire spontanément disparaître la tension des zones affectées, les « techniques d’énergie musculaire », dans lesquelles la tension musculaire est levée en travaillant contre une résistance, et la manipulation viscérale, dans laquelle le praticien utilise le toucher ou la pression pour déceler et soulager les problèmes des organes internes. Le praticien peut recommander des exercices et des techniques de relaxation à suivre chez soi ou au travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *